Non classé

Criminalisation de la solidarité aux frontières: Emilio Scalzo, la tête haute mais les poings liés – Lundi matin

Emilio Scalzo, militant historique de la lutte « No TAV » et symbole de l’aide aux migrants à la frontière franco-italienne, a été arrêté le 15 septembre dernier à Bussoleno, en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités françaises. Il aurait agressé un C.R.S. au cours d’une manifestation transfrontalière en mai dernier, et encourt jusqu’à sept ans d’emprisonnement.

Suite de l’article sur https://lundi.am/Criminalisation-de-la-solidarite-aux-frontieres

Actu

Afrique-France – Liberté pour les 7 de Montpellier !

A l’appel de 16 collectifs de Sans-Papiers, de la Marche des Solidarités et de plus de 100 organisations, partis politiques et syndicats, nous manifesterons les 15 et 22 octobre en direction de la préfecture de Paris et du ministère de l’Intérieur pour exiger la levée des OQTF et IRTF des 7 de Montpellier. Ci-dessous le texte d’appel et la liste des premiers signataires.

https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/151021/afrique-france-liberte-pour-les-7-de-montpellier

Actu

Expulsion du centre d’accueil auto-géré « Chez Roger » – Appel à soutien

On partage ce texte reçu aujourd’hui suite à l’expulsion du centre d’accueil autogéré « Chez Roger ».

Ce 14 octobre à 6h du matin des policiers enfoncent les portes des chambres des habitants de Chez Roger. Pour rappel : suite à l’expulsion de la maison Cézanne, du Cesai et du fait d’une non prise en charge de la totalité des expulsé.e.s par la Préfecture, l’ancien bâtiment AFPA de Gap, vide depuis une dizaines d’années et propriété en partie de Roger Didier, a été occupé pour mettre des personnes exilées à l’abri plutôt qu’à la rue. C’est un toit, mais également un lieu où s’est organisée la solidarité : permanences médicales, accompagnement juridique, centralisation de dons alimentaires.

Un campement se monte en attendant une solution qui ne viendra pas de la Préfecture (une seule nuit à l’hôtel a été proposée afin de solutionner le problème du logement), celle-ci craignant toujours plus le fameux «appel d’air». En attendant une vingtaine de personnes sont sans-abris. En effet, la Préfecture allègue qu’ils n’étaient que six cette nuit dans le bâtiment, mais une vingtaine avaient trouvé des logements provisoires afin d’éviter de se faire réveiller par la cinquantaine d’uniformes qui ont envahi les lieux ce matin.

La Préfecture va raconter que des solutions ont été cherchées pour chacun. C’est faux ! Gap refuse de s’occuper dignement des sans abris et le foyer d’urgence, La Cordée, est souvent débordé. Au lieu de soutenir les solutions alternatives dans des bâtiments inutilisés, la Préfète et le Maire Roger Didier accentuent la précarité de ces personnes.

Enfin rappelons qu’il y a actuellement plus d’une centaine de personnes qui traversent la frontière au jour le jour pour arriver a Briançon : il est grand temps que les élu.e.s et les mairies prennent leurs responsabilités.

Et maintenant ? On a besoin de soutien. Nous appelons tous les Hauts-Alpin.e.s à la solidarité. Un campement s’est formé au parc de la Pépinière. Besoin de nourriture, présence et matériel de camping.

Papiers et logement pour tous !

Non à l’Etat policier, le racisme et la misère !

Solidarité avec les exilé.e.s !

Actu

Appel à signatures : Liberté pour les 7 de Montpellier !

On partage ce message du collectif de la marche des solidarités

Bonjour,

Suite à l’arrestation des nos camarades lors de leur arrivée à Montpellier pour participer au contre-sommet Afrique-France, les collectifs de sans-papiers et la Marche des Solidarités lancent un appel pour que leurs OQTF et IRTF soient levées. Cet appel est ouvert à signature, nous vous invitons (collectifs, associations, syndicats, …) à communiquer vos signatures à l’adresse mail de la marche des solidarités : marche-des-solidarites@riseup.net    Nous publierons cet appel avec la liste des premiers signataires vendredi matin. Nous manifesterons dès ce vendredi 15 octobre à 14h à Paris entre la place de la république et la préfecture pour exiger la levée des OQTF et IRTF. Nous manifesterons ensuite le 22 octobre en direction du ministère de l’intérieur.
L’appel est dans le document en pièce jointe ainsi que ci-dessous :

Sommet Afrique-France

Liberté pour les 7 de Montpellier !


Le jeudi 7 octobre à Montpellier, huit jeunes Africains sans-papiers ont été arrêtés sur le quai de la gare quelques heures avant le début du contre-sommet Afrique-France annoncé depuis plusieurs mois et organisé par un collectif d’organisations locales et nationales. La préfecture de police et le Ministère de l’intérieur ont été prévenus de cet évènement et n’ont interdit ni les réunions, ni les manifestations au programme. Pourtant le matin du 1er jour de ce contre-sommet, la préfecture a envoyé des policiers procéder à des arrestations ciblées et discriminatoires sur le quai de la gare.

Seul ce groupe de Maliens, de Sénégalais et d’Ivoiriens, qui avait pris le train au sein d’une délégation de 24 membres de différents collectifs de la région parisienne a été arrêté et emmené en garde à vue. On les a contrôlés au faciès et parce qu’ils sont descendus du train en groupe, parce qu’ils étaient Africains et qu’ils venaient contester, de manière organisée, la politique du gouvernement. Deux d’entre ont été transférés en centre de rétention avant d’être enfin libérés 5 jours plus tard grâce entre autres à une riposte et une mobilisation rapides qui ont commencé le jour-même devant le commissariat de Montpellier. Cinq autres sont sortis des locaux de la police avec OQTF assortie d’une IRTF dès jeudi 7 octobre.

Après la rafle, le bannissement et les barreaux

Cette opération de police est extrêmement grave quand, dans le même temps, le président de la République proclamait sans sourciller que le sommet de Montpellier visait à promouvoir la jeunesse africaine et le soutien à la société civile et à la démocratie. Deux jeunes Africains ont été incarcérés sous la menace d’une expulsion pour avoir osé (!) s’organiser aux côtés de la société civile en France (associations, syndicats, partis) et revendiquer l’égalité des droits.

L’interdiction de retour sur le territoire français qui vise les 7 jeunes qui ont participé au contre-sommet est une décision prise par le préfet associée à l’obligation de quitter la France (OQTF). Qui ne sait que pour ceux et celles qui ont parcouru 8000 kms, traversé l’enfer de la Lybie et la méditerranée, revenir en arrière est impossible ?

C’est pourquoi l’IRTF soit condamne à l’errance ceux et celles qui partent, soit prive de tous leurs droits ceux et ou celles qui contreviennent à l’obligation de quitter l’espace Schengen. Harceler les migrant.e.s, les priver de leurs droits et les expulser, telle est la devise du ministère de l’intérieur, à l’ère Macron.

Liberté et démocratie

La situation des 7 interpellés est notre cause à toutes et tous. Que certains d’entre nous soient arrêtés pour le simple fait de contester la politique du pouvoir est un déni de nos droits à toutes et tous.  Mais aussi parce que leur combat est celui de la justice et de la liberté.

Nous exigeons la levée immédiate des OQTF et IRTF des 7 de Montpellier !

« Nous sommes l’histoire. Avec nos choix, nos croyances, nos erreurs, nos idéaux, nos espoirs de justice que personne ne pourra jamais réprimer. » Mimmo Lucano maire de Riace, 3 octobre 2021. Fraternellement.

Non classé

Mise en place d’une cagnotte pour le regroupement regroupement d’une famille afghane

On partage une cagnotte créé par Zabi, réfugié dans le val de Drôme depuis plusieurs année qui a besoin d’un coup de pouce financier pour faire venir sa femme en France.

Le lien: https://www.cotizup.com/hangama

Merci pour eux!

Le message de Xabi

Bonjour, 

Je suis réfugié Afghan avec un titre de séjour délivré par l’OFPRA et arrivé en France en 2015.

Actuellement toute ma famille est en Afghanistan et subissent des conditions de vie précaires, que ce soit en terme d’hébergement (9 personnes vivent dans une cave pour être à l’abri des Talibans) ou alimentaire. Je travaille donc pour subvenir aux besoins de 9 personnes de ma famille.

Mon épouse Hangama, jeune femme d’une 20 aine d’année se trouve elle aussi en Afghanistan (nous nous sommes mariés en décembre 2019 ). Elle n’a pas pu bénéficier du rapatriement organisé en Août 2021 par l’Etat Français.

Une demande, dans les règles, de regroupement familial est en cours auprès de l’OFII et en bonne voie d’obtention.

Dans un premier temps ma femme a à sortir d’Afgnaistan avec un accompagnateur (mon père) et selon la loi islamique pour se rendre à Téhéran en Iran. Pour cela ils ont besoin chacun d’un visa pour l’Iran et d’un billet d’avion.

Dans un second temps, elle devra se rendre sur rendez-vous à l’ambassade de France à Téhéran pour déposer sa demande de visa long séjour pour la France (demande déjà actée par voie dématérialisée). Afin de pouvoir honorer ce rendez-vous dans de bonnes conditions tant linguistique que que sur le plan de la compréhension administratve, je souhaite me rendre à Téhéran pour rejoindre mon épouse et faire le dépot de demande de visa ensemble, puis patienter jusqu’à sa délivrance. Nous ne savons pas sous quel délai ce visa lui sera délivré et nous devrons faire face à des frais d’hébergement (hôtel) et de nourriture.

Suite à quoi, nous arrivons aux termes des démarches administratives et nous pourrons reprendre ensemble l’avion pour la France.


Cette cagnotte est l’espérance pour nous d’un soutien financier, devant faire face à 3000 euros de dépense :
– 2 visas et 2 billets d’avion pour l’Iran ( départ Afghanistan avec accompagnateur pour l’Iran) (1500 €)
– 2 tests PCR covid pour sortir de l’Afghanistan (150 €)
– frais de dépôt de demande de visa ambassade France en Iran (99€)
– frais agence visa (35€)
– frais d’hébergement et de nourriture sur place en Iran en attendant la délivrance du visa par l’ambassade de France (550 € pour un mois)
– 1 visa + 1 billet aller simple pour l’Iran pour rejoindre mon épouse (200 €)
– 2 billets retour pour la France (200 €)
– 1 test PCR pour la France (75 euros)

Actu

Communiqué de presse de 3 bénévoles de Calais en grève de la faim

Trois bénévoles calaisiens ont entamé une grève de la faim cet après-midi .

Voici leur communiqué de presse: « Des Calaisiens réclament l’arrêt de la maltraitance des personnes exilées dans le Calaisis.

Depuis plusieurs années, des associatifs, des militants et des personnes exilées alertent sur la situation inhumaine qui s’inscrit dans le Calaisis. Nous assistons quotidiennement à des formes de violences psychologiques et physiques à l’encontre des personnes exilées : expulsions toutes les 48h voire quotidiennes ; confiscation et destruction des effets personnels ; multiplication des arrêtés anti-distribution de nourriture et d’eau ; humiliations ; coups et blessures de la part des forces de l’ordre…Et l’escalade de la violence ne s’arrête pas. Il y deux semaines, des nouvelles mesures ont été mises en place. A quatre reprises, l’État a posé des rochers sur un lieu de distribution de Coquelles empêchant tout accès aux associations pour distribuer des denrées de première nécessité aux personnes exilées.Des interdictions se sont multipliées ensuite sur l’ensemble des lieux de vie des personnes, rendant illégales toute distribution.Depuis les années 1990, cette politique de non-accueil a entraîné plus de 300 décès. La semaine dernière encore, Yasser est mort écrasé par un camion. Il voulait rejoindre son rêve, l’Angleterre avec l’espoir d’une vie meilleure. Face à ce constat alarmant, l’État a été interpellé mais aucune réponse satisfaisante n’a été apportée. Aucun dialogue n’étant possible, 3 calaisiens ont décidé d’entamer une grève de la faim qui prendra effet lundi 11 octobre 2021 à 16h à l’église Saint-Pierre de Calais avec pour attentes : Suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale ; Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées ; Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l’ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.Les consciences humaines s’habituent à tout, même à l’intolérable. Cette grève de la faim vise à réveiller les intelligences, et à faire entendre à nouveau le caractère scandaleux et proprement inimaginable, dans un pays comme la France, en 2021, de la condition à laquelle sont réduites, volontairement, les personnes exilées par la puissance publique »

Actu

Migrants à Calais : Human Rights Watch dénonce une vie d’« humiliations » et de « harcèlement » – Le Monde

Dans un rapport publié jeudi, l’ONG estime que « les pratiques de la police » sur le littoral « ont rendu la vie des migrants de plus en plus misérable ».

Lire l’article sur https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/07/migrants-a-calais-human-rights-watch-denonce-une-vie-d-humiliations-et-de-harcelement_6097448_3210.html

Actu

Les impasses de la migration – Série documentaire audio – France culture

Plus de six ans après le début de ce qu’on a appelé la « crise migratoire », la situation est dans une impasse.  

Quand les politiques mises en œuvre pour freiner l’accueil ne sont pas illégales ou criminelles comme en Méditerranée centrale où les avions de Frontex  renseignent les gardes côtes libyens pour opérer toujours plus d’interceptions de migrants fuyant l’enfer, elles sont inhumaines et défient l’entendement comme en France où de jeunes apprentis devenus majeurs sont en passe d’être expulsés alors qu’ils comblent le manque de main d’œuvre des métiers en tension vers lesquels on les a orientés. 

Dans ce marasme, les militants et autres acteurs institutionnels se battent pour permettre un accueil digne, aux femmes migrantes notamment, invisibilisées dans les médias ou à ces réfugiés afghans, anciens personnels de l’armée française qui tentent de négocier leur exil et de rester fidèles à leur culture dans une société française toujours plus rétive à l’accueil et notamment à l’accueil des populations de confession musulmane.  

Une série documentaire de Raphaël Krafft, réalisée par Guillaume Baldy

https://www.franceculture.fr/emissions/serie/les-impasses-de-la-migration

Actu

À l’air libre (Médiapart) La Cour nationale du droit d’asile en crise : notre enquête

Au programme cette émission : C’est une juridiction méconnue qui fixe le sort de dizaines de milliers de demandeurs d’asile chaque année. La Cour nationale du droit d’asile est en crise : pressions exercées sur les juges, politique du chiffre… Enquête et reportage de Nejma Brahim et discussions en plateau avec Anaïs LeFort, avocate de la #CNDA en grève, et le professeur au Collège de France et spécialiste des migrations François Héran.