Nos actions

Retour sur notre fête de soutien

Quelques photos de notre fête de soutien qui a réuni plus de 1000 personnes sur les 2 jours.

un ENORME MERCI à tous les bénévoles, aux artistes, aux techniciens, à toutes les petites mains qui ont permis de mettre tout ça sur pied. Merci également à la mairie de Barsac et au Tarabourla. Les voiles de notre embarcation ont repris une sacré pêche!

Si vous avez des photos, n’hésitez pas à nous les envoyer sur voies_libres_drome@riseup.net

Publicités
Non classé

Recherche de figurant.e.s pour le prochain clip d’Herman

Herman, alias Ciel terre, va tourner le week-end prochain (27 et 28 avril) un nouveau clip (voir le premier ici https://www.youtube.com/watch?v=V90-TlrM98o)

Ca se passera sur Saillans:

– samedi 27 de 14h à 16h
– dimanche 28 de 8h30 à 16h

Merci de nous envoyer un message si vous êtes dispos et motivé.e.s.

 

 

Presse

DEPUIS L’INTERIEUR DU CRA DE SAINT EXUPERY.

On relaie ce témoignage édifiant venant du Centre de rétention administrative (CRA) de Lyon-Saint-Exupéry

Solidarité avec les prisonniers, révolté.e.s et évadé.e.s !

 » Ok donc y a deux jours y en a qui ont essayé de faire une tentative de s ’évader. Il y en a trois qui ont réussi et trois qui se sont fait attrapés, ont été grave blessés. Ils ont été quarante-huit heures en garde à vue et ils ont passé en quarante-huit heures et aujourd’hui ils rentrent au centre, et aujourd’hui il y a quelqu’un tout à l’heure qui a monté sur la porte où il y a le barbelé. Et il s’est suicidé avec le barbelé. Et il s’est étranglé avec le barbelé. Et la police ils on rien fait c’est nous qu’on l’a descendu. La police ils ont mis à peu près 25 minutes juste pour ramener une échelle. Ils étaient même pas loin à 200 ou 300 mètres. Nous on a voulu le récupérer malgré tout y a les portes entre nous, donc on s’est grimpé tout le monde et on a essayé de descendre mais sauf que eux ils nous a gazé ils nous a frappé ils nous a violé, laisse tomber. Ici tout le monde ils ont pété un plomb, tout l’monde ils ont commencé à brûler, brûler les chambres, à brûler les matelas, à brûler tout. Donc ici les gens ils sont traités comme des chiens, si il y a moyen de nous aider, ici on est des êtres humains on est pas des animaux, voilà notre seul délit qu’on a pas de papiers, c’est notre seul délit notre seul problème dans cette vie. Vous pouvez appeler les associations, ou appeler les médias ou appeler les journalistes, ou toutes les personnes qui sont là pour l’humanitaire, pour de vrai, il faut qu’ils soient là pour nous, pas de cinéma, pas de spectacle, pas de théâtre, ici c’est des êtres humains, on n’a pas besoin de théâtre, on n’a pas besoin de spectacle, on a besoin des gens qui luttent pour nous. C’est un message d’au secours.

-D’accord

– Voilà c’que j’veux dire, et c’est pour ça que aujourd’hui, vraiment, y en a un qui s’est suicidé, y a même pas 20 minutes ou 25 minutes, y a du sang partout, y a des gens ici qui sont prêts à faire même plus que ça parce qu’on est traité comme des chiens. C’est pour ça on fait appel à tout l’monde, c’est un appel au secours ça.

-D’accord et là qu’est-ce que vous faites en ce moment ?

– Là en ce moment on essaie de se calmer mais malheureusement il nous a fermé mais c’est brûlé, y a des chambres qu’ont déjà brûlé, malheureusement y a rien on n’a pas le choix, si on reste ici on va mourir brûler, ou on va s’étouffer avec la fumée. Les gens ici ils peuvent plus enfaite c’est, c’est, c’est… pire que la prison ici c’est la prison politique c’est pas la prison humanitaire ici, c’est pas un centre de rétention, c’est la prison, c’est même pas la prison je sais pas c’que c’est. Faut aider ces gens-là, aujourd’hui on est des êtres humains, des étrangers, il faut les aider. J’peux plus trop parler là »

Nos actions

Recherche d’un logement

On a reçu une demande d’hébergement pour un homme de 40 ans rencontré à Briancon au refuge.
Il est actuellement près de Briancon le temps de terminer ses soins mais le 22 il doit partir, avec l’angoisse de la rue.
Il est en cours de démarches CADA OFPRA TRALALA, sa demande d’asile a été déposée, il a démarré des cours de FLE mais la maîtrise mini de l’anglais est préférable!
Merci de nous envoyer un mail si vous avez une possibilité d’hébergement : voies_libres_drome@riseup.net
Nos actions

Appel à hébergement sur Valence ou Romans

On partage cet appel à hébergement du collectif solidarité réfugiés 26:

Bonjour
On cherche une personne / une famille pouvant accueillir un jeune qui va avoir 18 ans et conséquemment être à la rue le 25 avril.
Il s’agit de l’héberger les week-ends et les vacances scolaires à Valence ou Romans, car il est scolarisé à Romans et va être pris en charge à l’internat.
Ça peut aussi être dans les alentours, dans un village mais à la condition de vérifier avant qu’il y ait un transport (bus) qui puisse l’amener le lundi matin au lycée et le ramener le vendredi soir ou à la condition que la famille hébergeante veuille bien faire cet aller-retour en voiture 🙂
C’est un hébergement de quelques mois, en attendant qu’il puisse avoir un contrat jeune majeur et un hébergement en conséquence.
Si vous avez une disponibilité, contactez-moi par mail : nordy@collectifrosa.com
Merci pour votre aide !
Nordy pour le Collectif

Agenda

Journée « Regards sur migrations » – Vendredi 26 avril à Valence

L’association de solidarité internationale « ADOS », a le plaisir de vous inviter à la journée « Regards sur migrations »  le vendredi 26 avril, à Valence.

Au programme :

Le Matin :

Conférence / débat par deux universitaires français et sénégalais :<
–         Lahsen Abdelmalki est directeur du département des relations internationales de l’UFR de Sciences Économiques et de Gestion de l’université Lumière Lyon II.
–         Seydi Ababacar Dieng est enseignant chercheur en économie à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Echanges et convivialité autour du déjeuner (offert)

L’Après-midi :

–          Présentation de l’enquête menée depuis plusieurs mois par deux journalistes français et sénégalais (Louisette Gouverne et Mamadou Ba).
–          Table ronde ouverte aux questions du public (invités : La Cimade Valence, SINGA Valence, Philippe Hanus, chercheur à l’éthnopole du centre du patrimoine Arménien et le CADA 26-07).

N’hésitez pas à diffuser cette invitation dans vos réseaux ( via l’événement facebook, ou le site de RESACOOP ).

Entrée libre & inscription obligatoire EN CLIQUANT ICI.

56306583_2429416457108903_5136192299402788864_n

Nos actions

Présentation de la fête de soutien sur Radio diois

Julie et Émile pour Voies Libres Drôme dans notre studio, l’occasion d’évoquer un peu le rôle de cette association mais surtout de vous inviter à la nouvelle soirée de soutien qui se déroulera en fait sur deux jours, les 12 et 13 avril 2019 à Barsac !
Le Tarabourla, KLG Sound et la Bizz’Art s’associent avec une pléiade d’artistes pour offrir cet évènement à prix libre pour le public.
Il sera aussi possible de discuter, de manger, d’écouter ou de voir des documentaires, de lire de l’info et bien sur, de faire la fête !

 

 

Actu, Agenda

Manifestation contre les politiques migratoires – 20 avril à Montgenevre et dans un maximum de villes

locandina_1204_fra
Manifestation contre les politiques migratoires

Les frontières n’assurent pas la sécurité des territoires, mais celle des puissances financières qui possèdent la quasi-totalité des richesses du monde. Ce mécanisme d’identification, de tri et d’exclusion, au service des intérêts économiques des Etats et de l’industrie de la sécurité, définit toute une population de personnes sans droits, invisibilisées, et exploitables.

La frontière est partout y compris dans les espaces du quotidien. Elle ne se résume pas seulement à une chaîne de montagne qui sépare deux espaces ni à une clôture de barbelée.
La frontière est dans les administrations qui délivrent des titres de séjour ou des obligations de quitter le territoire. Elle dépend du statut social : les riches peuvent s’expatrier, les pauvres n’ont d’autre choix que de « migrer ». Elle dépend de la couleur de peau car si tu n’es pas blanc, les contrôles sont systématiques.
Un avion, un quai de gare, un aéroport, un trajet en bus sont pour certains synonyme de voyage. Pour d’autres ils signifient rafle, déportation, camp de concentration. Un hôtel Ibis, une station de ski, des lieux de vacances pour certains, d’emprisonnement ou de chasses à l’homme pour d’autres.

Lutter contre les politiques migratoires revient à dénoncer la stratégie impérialiste des Etats occidentaux qui maintiennent des systèmes corrompus, alimentent des guerres, soutiennent des dictateurs et poussent ainsi des milliers de personnes à l’exil. Ces mêmes Etats stigmatisent et criminalisent ensuite les personnes qui entrent sur leur territoire, cherchant à les réduire à de la main d’oeuvre bon marché et corvéable à merci.

La frontière est partout, dans les gares, sur les chemins, dans les trains, les centres de rétention, au sein des institutions… alors organise ta manif dans ta ville ou rejoins-nous sur le col de Montgenèvre le 20 avril à 11h.

Agenda

Remise de prix aux 7 de Briançon – 23 avril

Le 23. avril ça va faire exactement un an que la manifestation contre les identitaires au Col de Montgenèvre a eu lieu. Suite à cette action, 7 manifestant*es ce sont fait arrêté*es – les « 7 de Briançon »
Même si le délit de solidarité n’existe plus officiellement en France, la justice trouve toujours des prétextes pour condamner celles et ceux qui s’engagent aux cotés des migrantes et migrants.
Le Cercle d’Amis Cornelius Koch » et le Forum Civique Européen leurs remettentront le
prix des Alpes ouvertes
le 23. avril 2019
Vous êtes tou*tes cordialement invité*es!
A bientôt, Constanze
Invitation

 

 

Remise du prix suisse des droits humains

Alpes ouvertes 2019

aux «7 de Briançon»

 

En présence des personnalités internationales

 

Le prix suisse des droits humains « Alpes ouvertes » 2019 du Cercle d’Amis Cornelius Koch (l’abbé suisse des réfugié·es, 1940-2001) est remis aux « 7 de Briançon » en signe de reconnaissance et de remerciement pour leur engagement courageux dans le sauvetage de réfugié·es en montagne et dans la dénonciation des actes racistes et xénophobes. Le prix se monte à 12.000 CHF.

> Date:

> Mardi, 23 avril 2019

>  

> Heures et lieux:

> 9.30 h rassemblement à l’Obélisque Napoléon au Col de Montgenèvre, cérémonie de la remise du prix, prises de parole, acte symbolique à la frontière franco-italienne.

> 12h – 14.30 h: A Briançon dans la salle communale du Vieux Colombier, Ch. de Ronde, Cité Vauban: buffet, musique et éloges. Ensuite visite des lieux d’accueil pour les réfugié·es.

>  

> Prises de parole de personnalités internationales :

>  

> Pinar Selek, écrivaine et sociologue (F, Turquie)

> Dick Marty, anc. procureur du canton du Tessin, anc. membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, (CH)

> Don Giusto de la Valle,prêtre et lauréat 2017, « Progetto Accoglienza Rebbio » (I)

> Mussie Zerai, prêtre et co-fondateur du «Watch the Med Alarmphone» (I, Érythrée)

>

> Communiqué

>  

> Le prix suisse des droits humains « Alpes ouvertes » 2019 est remis aux « 7 de Briançon » en signe de reconnaissance et de remerciement pour leur engagement courageux dans le sauvetage de réfugié·es en montagne et dans la dénonciation des actes racistes et xénophobes. Nous avons décidé de décerner ce prix aux citoyens suisses Théo Buckmaster, Bastien Stauffer et à la citoyenne italienne Eleonora Laterza, dénommé·es les « trois de Briançon », et à quatre habitant·es des Alpes françaises – Mathieu Burellier, Benoît Ducos, Jean-Luc Jalmain et Lisa Malapert – dénommé·es les « quatre de Briançon ». Nous souhaitons ainsi épauler ces personnes engagées, tout en interpellant l’opinion publique sur le sort intenable des réfugié·es qui traversent les Alpes franco-italiennes.  Historiquement, les Alpes ont souvent été un lieu de refuge pour les persécuté·es et les résistant·es. Aujourd’hui elles sont le dernier verrou de l’Europe Forteresse, de Vintimille (Italie) au Montgenèvre (France), au col du Brenner (Autriche), en passant par Chiasso (Suisse). Ouvrons les Alpes pour un accueil humain!

>  

> Delémont, mars 2019

Claude Braun, Hannes Reiser et Michael Rössler

Pour l’Association « Cercle d’Amis Cornelius Koch » et le Forum Civique Européen

 

L’histoire du Prix Alpes ouvertes

Le prix suisse des droits humains « Alpes ouvertes », instauré par Cornelius Koch, l’abbé suisse des réfugié·es (1940-2001)*, est décerné à des personnes et à des groupes engagés activement pour les droits des réfugié·es, des migrant·es, des personnes socialement défavorisées et des minorités menacées en Europe. Le prix se monte à 12.000 CHF. Les précédent·es lauréat·es: Don Renzo Beretta, Ponte Chiasso (I), en 1997; le syndicat ACLI, Côme (I), en 1998; Edition Drava, Klagenfurt (A), et « Mujeres Progresistas », El Ejido (Espagne), en 2000, en présence de Monseigneur Jacques Gaillot (F); Comité d’aide médicale en Transcarpatie (CAMZ), Oujgorod, Ukraine, 2012, en présence de Dick Marty (CH); l’Association « Firdaus » de Lisa Bosia Mirra (CH) et le « Progetto Accoglienza Rebbio » de Don Giusto della Valle, Côme (I), en 2017, en présence de Monseigneur Jacques Gaillot (F).

* Claude Braun & Michael Rössler : Un chrétien subversif – Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés, Editions d’en bas, Lausanne, 2013.

> Cercle d’amis Cornelius Koch

> Case Postale 200

> CH-2800 Delémont 1      

> 0041/76 461 46 41

> En France: 0033 7 803 053 76