Nos actions

Appel à soutien pour cantine le samedi 27 août

Comme l’année dernière, notre cantine sera présente aux universités d’été de la France Insoumise à Châteauneuf-sur-Isère le samedi 27 août.

A cette occasion, nous recherchons des personnes motivées pour nous filer un coup de main sur place dans la journée et/ou pour effectuer un trajet retour avec une grande voiture le soir après le repas.

Merci de nous contacter au 0612899039 si ca vous parle

Non classé

Communiqué de presse de l’association Tous citoyens :

« Ouvrir une voie légale de migration entre la frontière italienne et Nice »


Deux personnes sont décédées dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 juillet 2022, fauchées par une voiture en longeant l’autoroute près de Menton, à pied et en pleine nuit.  Ces deux personnes seraient des exilés cherchant refuge en France.

Ce drame s’ajoute à une très longue liste d’exilés morts en tentant de rejoindre la France depuis l’Italie : renversés par des voitures, électrocutés dans les armoires électriques ou sur les toits de trains, victimes de chutes en montagne, etc.

Quand ouvrira-t-on enfin des voies légales de migration ? Quand supprimera-t-on ce « no man’s land juridique » meurtrier entre la frontière italienne et Nice?

En effet, un migrant passant par l’Italie pour rejoindre « le pays des droits de l’Homme » doit se cacher pour passer la frontière et doit se rendre invisible en parcourant les 32 km qui séparent la frontière de Nice. Une fois à Nice, il pourra tout à fait légalement demander l’asile et circuler sans être arrêté dans l’attente de son rendez-vous en Préfecture.

Ces nombreux décès surviennent dans ce vide juridique de 32 km où ils sont considérés comme clandestins. Ces décès sont donc le fait d’une décision politique qui créé de toutes pièces un «no man’s land» juridique, une zone d’irrégularité administrative.

Trois solutions simples permettraient aux exilés de déposer une demande d’asile en France sans risquer leur vie :

– La première consiste à rouvrir cette frontière interne de l’Union Européenne entre l’Italie et la France.

– La seconde consiste à enregistrer les demandes d’asile au poste frontière français à la frontière franco-italienne en y installant une Structure de Premier Accueil des Demandeurs d’Asile (SPADA).

– La troisième consiste à délivrer au poste frontière français des laissez-passer permettant aux migrants de rejoindre la SPADA de leur choix pour y enregistrer leur demande d’asile dans un délai mentionné.

Quelle que soit la solution retenue, nous demandons à l’Etat et à son représentant, le Préfet des Alpes-Maritimes, la création d’une voie légale de migration entre la frontière franco-italienne et Nice afin de sauver des vies et d’éviter ces nombreux drames.

Demander l’asile est un droit fondamental. La France doit respecter la convention de Genève, la charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle ne peut continuer à mettre volontairement en danger des personnes souhaitant exercer leur droit d’asile.

Association Tous citoyens, Nice, le 19.07.2022 

La pétition est en ligne, vous pouvez la faire signer et la partagerhttps://chng.it/yZQMW9YCZZ

Solidairement

David Nakache

Association Tous Citoyens ! – Aider, c’est résister

touscitoyens06@gmail.com

06.62.26.67.35

Actu

Les Murs ne servent à rien reviennent en septembre à Dieulefit

On partage l’affiche des Murs ne servent à rien, 3 jours de projections, de conférences, de lectures, de radios autour des migrations qui aura lieu à Dieulefit les 23, 24 et 25 septembre.

Les murs ne servent à rien

Festival de films documentaires, lectures de textes, conférences, écoute radio, photographie sur les migrations.

6ème édition / Dieulefit

Cette année, notre événement va s’étendre sur trois jours !

Pour la première fois, une projection spéciale aura lieu pour 4 classes du collège ; il nous semble en effet important de parler migration, de façon exigeante, avec les plus jeunes. Une discussion s’engagera après le film, entre élèves, professeurs et acteurs de l’accueil de notre association.

A partir du vendredi soir vont s’enchaîner les films documentaires, lectures de textes, conférences, discussions, écoute radio, et cette année, nous aurons le plaisir de présenter une exposition de photographies, au Lavoir de la rue Gainarde, situé tout près de la Halle.  

Exil des Afghans, droit d’asile en France, vie de sans-papiers, femmes en migration, accueil des Ukrainiens, bilinguisme, falsification de l’histoire, recours des Soudanais à la CNDA, situation à Calais, adolescents sur la route, prise en charge des mineurs non accompagnés, santé mentale des jeunes exilés, engagement dans la Roya… autant de sujets qui nous occuperont pendant tout un week-end, dans notre habituelle diversité de mediums, notre croisement des contenus pour penser les migrations dans leur contemporanéité, leur richesse, leur multiplicité d’enjeux.

Le samedi soir, le repas congolais sera l’occasion de poursuivre le débat, et de faire plus ample connaissance, jusque sur la piste de danse.

Vendredi 23 septembre

13h45   Film Midnight traveler, projection pour les élèves de 4ème du Collège Chalamel, suivie d’une discussion avec leurs professeurs et des membres de l’association Passerelles.

20h       Introduction

20h15   Film documentaire Midnight traveler de Hassan Fazili, Etats-Unis, Qatar, Royaume-Uni, Canada, 2019.

Lorsque les talibans mettent sa tête à prix, le réalisateur afghan Hassan Fazili est forcé de prendre la fuite avec sa femme et ses deux petites filles. Saisissant leur parcours incertain à l’aide de trois smartphones, Fazili montre à la fois le danger et le désespoir auxquels sa famille est confrontée mais aussi l’immense amour qui les lie.

21h45   Pause

22h       Lecture d’extraits : Les Humbles ne craignent pas l’eau de Matthieu Aikins, Le Seuil, 2022.

Matthieu Aikins est grand reporter en Afghanistan et au Moyen-Orient, correspondant depuis 2008 du New York Times en Afghanistan, journaliste pour Rolling Stone. Ses reportages ont été primés et reconnus de nombreuses fois (Pulitzer Price, Osborn Elliott Prize, George Polk Price, Livingston Awards). Dans Les Humbles… Omar, le jeune chauffeur et interprète afghan, qui est le fixeur du journaliste de longue date, prend la route de l’exil, laissant derrière lui son pays sans savoir s’il pourra le retrouver. Le journaliste décide de changer d’identité, détruit son passeport et se lance à ses côtés dans une odyssée parmi les réfugiés. Lecteur : Julien d’Abrigeon.

22h30   Discussion avec Matthieu Aikins.

Samedi 24 septembre

10h30    Mini-conférence L’asile en France, par Julia Briland, juriste du droit d’asile. On vous dit l’essentiel, clair et concis !

11h       Ecoute radiophonique : Etranges Etrangers, « Sous les radars », France Culture, 2022. Les sans-papiers qui vivent et travaillent en France sont sous la menace permanente d’une arrestation, d’un placement en centre de rétention (CRA), d’une expulsion. Quelles conséquences ce contexte a-t-il sur les personnes qui le subissent ? Avec Stefan Le Courant, docteur en anthropologie, chargé de recherche au CNRS.

11h30   « Maison Accueillante » de Dieulefit, présentation du projet par l’association Passerelles.

12h30    Repas

14h        Lecture d’extraits : Les Damnées de la mer de Camille Schmoll, La Découverte, 2020.

Les Damnées de la mer offre une remarquable plongée dans la vie quotidienne de femmes exilées, logées en centre d’accueil, où leur trajectoire est suspendue, en attente d’une reconnaissance de cette Europe qui souvent les rejette. En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne. Lectrice : Nadine Despert.

14h30    Mini-conférence La directive relative à la protection des Ukrainiens, par Julia Briland, juriste du droit d’asile. Précisions et éclaircissements sur la situation particulière des déplacés ukrainiens.

15h       Pause

15h30   Rencontre avec Luba Jurgenson. Arrivée en France à dix-sept ans depuis la Russie, elle est écrivaine, traductrice et universitaire. Roman Petrouchine échangera avec elle autour de la question du bilinguisme, mais aussi de l’histoire des relations entre la Russie et l’Ukraine et de la falsification de l’histoire et de la mémoire.

16h45   Film documentaire, Marie-José vous attend à 16h de Camille Ponsin, 2018, France. En avant-première. Marie José, vieille dame de 90 ans, a été ethnologue. Ses visiteurs, des rescapés du génocide qui frappe les populations du Darfour depuis 2003, viennent chercher jour après jour l’aide cruciale que sa connaissance fine du Soudan lui permet de leur apporter. Elle les aide lors de leur recours à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Grand prix Fipadoc 2022.

19h30   Repas congolais et Set musical afro par Tuff Kong HIFI.

Dimanche 25 septembre

10h30   Discussion avec Abdul Saboor. Né en 1992 à Nagrahar en Afghanistan, Abdul Saboor a dû subvenir à ses besoins dès son plus jeune âge. Il a travaillé avec l’armée américaine pendant 6 ans. Recherché par les Talibans, il a été obligé de fuir son pays. Toujours équipé d’un appareil photo, il a immortalisé son périple jusqu’en Europe, où il s’est arrêté en 2017. Ses photographies ont été exposées en Serbie, en Espagne, en Angleterre, en Pologne. Il continue à documenter la réalité de la migration, notamment à Calais et à Paris. Ses photos seront exposées au Lavoir, rue Gainarde, à Dieulefit.

11h30   Film documentaire : Shadow Game de Eefje Blankevoort et Els van Driel, Pays-Bas, 2021. Ce film est un récit sur les conséquences dramatiques de la politique d’asile européenne. Alors que des clôtures ont été érigées dans toute l’Europe, demander l’asile est devenu presque impossible. Des adolescents traversent des paysages enneigés et font face aux polices des frontières. Atteindre leur destination finale est devenu plus difficile que jamais. Leur voyage les mène de la Grèce à la Macédoine du Nord, de la Serbie à la Bosnie-Herzégovine, de l’Italie à la France et aux Pays-Bas. Le film a été tourné sur une période de trois ans, en partie par les protagonistes, avec leurs téléphones.

13h       Repas

14h30Film documentaire : Le Dernier Refuge de Ousmane Samassékou, France, Mali, Afrique du Sud, 2021.

La Maison des Migrants de Gao, au Mali, est un refuge à la porte du Sahara. Esther et Kady, deux adolescentes du Burkina Faso y font escale pour retrouver la force de poursuivre leur voyage, elles se lient d’amitié avec une femme migrante dont la mémoire s’est effacée au fil des ans, en même temps que ses espoirs de retrouver son foyer.

16h       Discussion avec Daniel Derivois. Psychologue clinicien, docteur en psychologie et psychopathologie clinique, licencié en Sciences de l’éducation, il est notamment l’auteur de Voyager avec les mineurs non accompagnés, repères pour une pratique décentrée en protection de l’enfance, La Chronique sociale, 2021.

17h00     Lecture d’extraits : Change ton monde de Cédric Herrou, Les liens qui libèrent, 2020.

Un simple citoyen peut changer le cours de l’histoire et du droit. Cet ouvrage est le témoignage exceptionnel et intime d’un homme qui s’est révolté contre le cynisme des autorités et d’un Etat qui bafoue quotidiennement le droit. Il aurait pu, comme beaucoup, garder porte close, mais a choisi d’aider ces personnes en exil au nom de la dignité humaine. Lectrice : Virginie Komaniecki.

Tout au long du festival :

Exposition des photographies d’Abdul Saboor, photographe afghan réfugié en France, au Lavoir, rue Gainarde.

Nous remercions chaleureusement :

La Mairie de Dieulefit, la CCDB, la DRAC livre, la DRAC ethnologie, Le Gué, RadioLà, la librairie Sauts et Gambades, Voies Libres Drôme, La Bizzart, Sébastien Escande du réseau Traces, Rabbi Ikola, Ludovic Berge, Suzanna Hagmann, Marianne Auclair, les professeurs du collège Chalamel, Catherine Goffaux, Aude Bertrand, Stéphane Trouille, les lecteurs, les pâtissiers et tous les précieux bénévoles qui font que cet évènement peut avoir lieu chaque année, et grandir.

Nous remercions tout particulièrement nos invités qui nous font le plaisir et l’honneur de venir à Dieulefit.

Chloé Peytermann, pour l’association Passerelles.

chloeterre@yahoo.fr

Non classé

Clip « En partance » des Valientes Gracias

On partage ce magnifique clip réalisé par le groupe de musique Valientes Gracias, basé sur le parcours de vie d’une ancienne habitante de la maison, Mahawa.

En partance – Valientes Gracias from S.TéphanO on Vimeo.

Dessins sur sable: David Myriam – Tramage.com & art-engage.net

Paroles, musiques: Valientes Gracias, à retrouver sur le cd du groupe « Un puño de cumbia » (abyayala.fr/valientes-gracias-sort-son-premier-album)

Images, montage: Stéphane Trouille

Actu

« J’apprends », application pour apprendre à lire et écrire le français.


http://j-apprends.fr/

"J’apprends a été créé pour - et avec - des adultes qui ne savent ni lire ni écrire en français ou dans leur langue maternelle... mais qui ont tous un téléphone dans la poche et le besoin d’apprendre la langue pour se créer une vie ici ! Il s’agit principalement de demandeur.euse.s d’asile, de réfugié.e.s statutaires mais aussi de personnes qui habitent en France depuis longtemps.

Aujourd’hui, l’application comprend 3 épisodes et un carnet de révision.
Demain, nous espérons proposer de nouveaux épisodes co-crées avec nos futurs partenaires !

Si voulez nous aider à développer et financer de nouveaux contenus d’apprentissage :

contactez-nous ! contact@j-apprends.fr"
Nos actions

Cantine de la maison d’Elisa ce samedi 2 juillet à Aurel pour la Fiesta féminista y colombiana

Nouvelle sortie pour notre cantine ce samedi au gîte colombia d’Aurel pour « VIVIR SABROSO », fiesta féminista y colombiana de l’association Abya Yala.

Au programme:

*Projection de courts-métrages autour d’égalité, discriminations, luttes contre les dominations dès 15h
 * 16h : Contes pour enfants avec la Compagnie Kta
* 17h : Ateliers maracas (avec Zulma) et percussions colombiennes (Isabelle). Inscription sur contact chez abyayala.fr
* 19h : Spectacle tout public «Les vacances de Pina Loches», solo de clown gestuel et burlesque qui vient interroger notre regard face au corps
 * 20h30 : Concert de Valientes Gracias, musiques Afro-Colombiennes festives et percutantes
 * 22h30 : DJ La vice et VJ Glutamate s’occupent du danceflor

A boire sur place mais aussi Luttothèque et petite librairie.

Prix libre en soutien aux artistes et à la caisse anti-répression de la Drôme.

Bienvenues et au plaisir de vous y croiser !

Non classé

L’EUROPE RÉTABLIT LA PEINE DE MORT POUR LE CRIME DE VOULOIR ENTRER DANS SON TERRITOIRE !

Nous partageons le communiqué rédigé entre autres par plusieurs associations marocaines qui dénonce la violence meurtrière autour de l’enclave de Melilla de ce vendredi 24 juin 2022.


29 morts aux frontières européennes :


L’accord Espagne-Maroc sur l’immigration tue !


Les tragiques évènements du 24 juin 2022 sur la frontière entre Nador et Melilla au Maroc rappellent, avec violence, l’échec des politiques migratoires sécuritaires. Les 27 morts et les centaines de blessés du côté des migrants comme ceux du côté des forces d’ordre marocaines sont le tragique symbole de politiques européennes d’externalisation des frontières de l’Union européenne (UE), avec la complicité d’un pays du Sud, le  Maroc. La mort de ces jeunes africains sur les frontières de la « forteresse européenne » alerte sur la nature mortifère de la coopération sécuritaire en matière d’immigration entre le Maroc et l’Espagne.
Les prémisses du drame de ce vendredi 24 juin ont été annoncés depuis plusieurs semaines. Les campagnes d’arrestations, de ratissages des campements, de déplacements forcés visant les personnes en migration à Nador et sa région étaient annonciatrices de ce drame écrit d’avance. La reprise de la coopération sécuritaire dans le domaine des migrations entre le Maroc et l’Espagne, en mars 2022, a eu pour conséquence directe la multiplication des actions coordonnées entre les deux pays.

Ces mesures sont marquées par des violations des droits humains des personnes en migration à Nador, Tétouan et Tanger ou encore à Laâyoune et Dakhla. Le drame de cette triste journée est la conséquence d’une pression planifiée contre les personnes exilées.
Depuis plus d’un an et demi, les personnes en migration à Nador sont privées d’accès aux médicaments, aux soins, voient leurs campements brûlés et leurs biens spoliés, leurs maigres denrées alimentaires détruits et même le peu d’eau potable qui est à leur disposition dans les campements, il est confisqué.
Ces expéditions punitives ont abouti à une spirale de violence des deux côtés. Une violence condamnable quel que soit ses origines, mais tout en rappelant la violence systémique que subissent les migrants à Nador depuis des années de la part des forces de l’ordre espagnoles comme marocaines. Des pratiques condamnées à de multiples reprises par des instances nationales, régionales et onusiennes.

Face à ce nouveau drame aux frontières, et compte tenu de l’ampleur du bilan humain qui sera amené, hélas, à être revu à la hausse, les organisations signataires de ce communiqué annoncent ce qui suit :

  • Nous exprimons nos vives condoléances aux familles des victimes, parmi les migrants comme dans les rangs des forces de l’ordre.
  • Nous condamnons l’absence de prise en charge rapide des migrants blessés, qui a alourdit ce bilan. Nous exigeons qu’une prise en charge sanitaire adéquate et de qualité soit accordée à toutes les personnes hospitalisées à la suite de ce drame
  • Nous exigeons que les autorités marocaines procèdent à l’identification et à la restitution des dépouilles des victimes à leurs familles, en collaboration avec les communautés des migrants
  • Nous exigeons l’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire indépendante du côté marocain comme espagnol, ainsi qu’au niveau international pour faire toute la lumière sur ce drame humain.
  • Nous exigeons la fin des politiques criminelles financées par l’Union européenne et ses nombreux complices, les États, certaines organisations internationales et plusieurs organisations de la société civile qui assurent la sous-traitance de ces politiques criminelles.
  • Nous appelons les représentations diplomatiques des pays africains, présentes au Maroc d’assumer pleinement leurs responsabilités en matière de protection de leurs ressortissants, au lieu d’être complices des politiques en cours.
  • Nous appelons les organisations et les mouvements de défense de droits humains et de défense des droits des personnes en migration à se mobiliser dans ce moment critique où le droit de la vie est plus que jamais est danger.


Le 25 juin 2022, Rabat.

SIGNATAIRES :
1. Association marocaine des droits humains (AMDH)
2. Association d’aide aux migrants en situation de vulnérabilité- Maroc (AMSV)
3. ATTAC Cadtm Maroc
4. Caminando Fronteras- Espagne
5. Conseil des migrants subsahariens au Maroc (CMSM) – Maroc
6. EuroMed Droits- Europe
7. Alternatives Espaces citoyens- Niger
8. Pateras de la Vida- Maroc
9. Alarm Phone- Europe

Actu

Ouverture d’un nouveau squat à la frontière franco-italienne, appel à soutien !

Communiqué et appel à soutien des occupant.ex

Presqu’un an après la dernière expulsion de la Casa Cantoniera de Clavière, nous sommes resté.exs ici, dans cette vallée, sur cette frontière sanglante et raciste, près des personnes qui, chaque jour, la défient et la surmontent, bien qu’elles soient forcées de le faire “illégalement” : contrôlées, rejetées et violentées par l’État et ses forces armées.
Dans cette même vallée où, des milliers de “migrant.ex” avec de bons papiers, appelé.ex touristes, transitent sans être dérangé.ex. Dans la même vallée où, seulement en janvier de cette année, la frontière a tué deux personnes, Fatallah Belhafif et Ullah Rezwan.

Suite du communiqué ici: https://iaata.info/Ouverture-d-un-nouveau-squat-a-la-frontiere-franco-italienne-appel-a-soutien-5368.html

Actu

[Nice] Meurtre d’une personne migrante par un policier francais à la frontière italienne

Dans la nuit du 15 Juin [1], une personne de 35 ans a été tuée d’une balle dans la tête par un policier français de la PAF (Police aux Frontières).
Un van avec 8 personnes, parmi lesquelles certaines sans documents valides pour la police, a traversé la frontière à 2 heures du matin.
La police a poursuivi le van jusqu’au quartier des Moulins à Nice. C’est là qu’elle a fait feu à 4 reprises.
Une personne a été touchée à la tête et est morte quelques heures après à l’hôpital.

Suite de l’article sur https://rebellyon.info/Meurtre-d-une-personne-migrante-par-un-24036