Agenda

« Le col est ouvert ! » Pique-nique solidaire Samedi 25 août de 12h à 16h

Clameur citoyenne au col de l’Echelle avec La Fanfare Invisible
« Le col est ouvert ! »
Pique-nique solidaire
Samedi 25 août de 12h à 16h

Le col de l’Échelle est, depuis toujours, un point de passage entre la France et l’Italie, à côté de Briançon. Il est notamment utilisé par des réfugié·es et des exilé·es contraint·es par la nécessité de traverser les frontières.

Cette « clameur citoyenne » sera l’occasion de faire entendre les valeurs de solidarité et de fraternité sur lesquelles s’appuient des organisations et des habitant·es du Briançonnais. Résistant·es d’aujourd’hui, ils sont une force et une puissance qui perpétuent une tradition d’accueil, de liberté et de justice sociale. Leur combat est à résonance nationale et internationale. Des prises de paroles solidaires et des témoignages alterneront avec des impromptus musicaux et festifs.

Dans une Europe de plus en plus intolérante, stimulée par des organisations et des partis politiques nationalistes, populistes et xénophobes, les personnes exilées sont aujourd’hui pourchassées, stigmatisées. La colère sociale est instrumentalisée pour faire la chasse aux migrant·es ; les regards sont détournés de la violence économique et de la tyrannie financière pour s’acharner lâchement sur le plus pauvre, le différent, celui venu d’ailleurs.

Par une présence joyeuse, conviviale et solidaire, un soutien fraternel sera envoyé à celles et ceux qui traversent les frontières pour survivre ainsi qu’à ceux qui luttent pour le respect des droits.

Par cette action symbolique, nous apportons notamment notre plein soutien au 3+4 de Briancon dont le procès est prévu le 8 novembre 2018.

Retrouvons nous pour ce pique-nique solidaire, tiré du sac (apportez de quoi grignoter)

avec Tous Migrants / Refuge Solidaire / Les Croquignards / Chez Marcel / Chez Jésus / Névache Solidarité / Les Tabliers Volants / RHA – DAL (Droit Au Logement)

https://05.demosphere.eu/rv/2076

Publicités
Nos actions

La maison Cezanne et ses 20 habitant.e.s expulsables dès ce 10 août.

La nouvelle est tombée ce jeudi 9, pas de délai accordé au squat de la maison Cezanne a Gap.

Débarquement des forces de l’ordre et expulsion possible a tout moment dès aujourd’hui. L’expulsion mettra 20 personnes a la rue.

On vous tient au courant, tenez vous prêt.e.s

Agenda

Appel à rassemblement de soutien – mercredi 8 août à 9h devant la gendarmerie de Briançon

Un ami « aidant » est convoqué en audition libre mercredi à 9h00 à la
gendarmerie de Briançon, suite au flagrant bienfait d’aide aux
exilé·es voulant vivre en France. Nous vous demandons de venir le
soutenir et de soutenir ainsi la cause de chaque exilé·e.

Chaque jour, des milliers de personnes sont forcé·es à l’exil,
confronté·es à la guerre, à la famine ou à la misère dans leurs
pays d’origine. À leur arrivée, ici ou ailleurs, ielles sont
enfermé·es dans des camps, harcelé·es et/ou victimes d’attaques
xénophobes de la police et d’habitant·es de la vallée de Briançon.

Le passage d’une frontière n’est pas la fin du périple pour une
personne exilée. Si dans les montagnes, les exilé·es sont
traqué·es, violenté·es et refoulé·es jour après jour. Si la
police ne se prive pas non plus de les dépouiller de leurs biens, de
vider leurs téléphones des contacts essentiels, de voler leur argent.
Une fois la frontière entre l’Italie et la France passée, la
frontière entre elleux, avec ou sans papiers, mais toujours avec les
mauvais papiers, la frontière entre elleux et nous avec nos bons
papiers ne disparaît jamais et se transmet à leurs enfants. Ne
l’oublions pas, que nous soyons à Clavières, Montgenèvre, Briançon
ou Paris, les exilé·es subissent un régime d’exception qui ne leur
laisse pas de répit : iels seront toujours traitées en indésirables
par les politiques ; iels subissent, même après avoir obtenu un titre
de séjour, le harcèlement des procédures administratives spéciales,
de la police, et de chaque personne qui leur parle comme à une personne
irrémédiablement différente, même en étant bien intentionnée. Ils
et elles seront toujours du mauvais côté de la frontière.
Face à cette réalité, certain·es agissent car il est impensable de
rester sans rien faire dans la région de Briançon comme sur les autres
routes migratoires où les morts et les blessé·es se multiplient. Si
chaque geste compte, un simple visage bienveillant à l’arrivée, une
aide matérielle, si chaque geste est un moyen de mettre en échec la
politique raciste et xénophobe des gouvernements européens, c’est
d’abord chaque exilé·e qui combat dans son quotidien sans avoir le
choix d’arrêter ou d’esquiver le combat. Chaque garde-à-vue,
chaque audition, chaque procédure contre un soutien est un moyen de
faire reculer l’aide reçue par les exilé·es, de faire peur et de
gagner des points dans la bataille médiatique.
Notre réponse reste la solidarité avec ces personnes poursuivies, mais
plus encore avec celles et ceux qui ont déjà tant perdu et subissent
les conséquences des politiques gouvernementales, économiques,
écologicides et militaires pilotées par les gouvernements occidentaux
dans leurs pays.

C’est pour les exilé·es que nous seront rassemblé·es devant la
gendarmerie de Briançon.

Agenda

Gap (05) : Rassemblement jeudi 9 août sur le parvis du Tribunal pour défendre la maison Cézanne

Rendez-vous le 9 août à 10:40 devant le Tribunal de Gap (Hautes
Alpes) : dernière tentative de demande de délai avant expulsion.

Après plus de deux ans d’existence, la maison Cézanne ouverte en
2016 par le collectif « Un Toit un Droit » est officiellement
expulsable depuis le 23 juillet 2018. Une dernière tentative légale
de demande de délai supplémentaire a été déposée pour éviter à
vingt personnes de se retrouver à la rue.

Ces personnes devraient, selon le droit français, être accueillies
soit par le 115 pour les personnes en procédure Dublin ; soit en CADA
(Centre d’Accueil de Demandeur-ses d’Asile) pour les personnes en
procédure normale. Dans les faits, aucune structure institutionnelle
n’a répondu à leur demande d’hébergement. Des attestations ont été
fournies par le 115 de Gap, à chaque habitant de la maison Cézanne,
pour leur signifier leur incapacité à proposer une solution
d’hébergement.

Ce squat a accueilli des centaines de personnes pendant des durées
allant de quelques jours à plusieurs mois, des familles, des femmes
seules avec ou sans enfant, des hommes et mineurs.

Aujourd’hui, vingt personnes habitent la maison, et quelques familles
logées par les institutions viennent y cuisiner. Ces familles sont
prises en charge dans des hôtels miteux sans accès à des cuisines.

Or à Gap, il existe de nombreux logements vides, appartenant entre
autre à la commune, ce qui démontre bien que le problème n’est pas
d’ordre logistique, mais qu’il relève d’une absence de volonté
politique d’accueillir dignement ces personnes.

Nous appelons à un grand rassemblement le 9 août à 10:30 sur le
parvis du tribunal de Gap.cezanneA4_1

Presse

La mobilisation paye!! La préfecture de Creuse accepte que le jeune Soudanais hébergé à Faux-la-Montagne dépose une demande d’asile

Avant l’audience de ce lundi matin devant le tribunal administratif de Limoges, l’État a accepté que le jeune Soudanais de 21 ans dépose une demande d’asile.

jeune-soudanais-tribunal-adminsitratif-de-limoges_3897695https://www.lepopulaire.fr/limoges/social/france/2018/07/23/la-prefecture-de-creuse-accepte-que-le-jeune-soudanais-heberge-a-faux-la-montagne-depose-une-demande-d-asile_12931890.html

Presse

Quatre personnes supplémentaires inculpées d’aide au passage à Briançon – Mars info- 24 juillet

Moins de deux semaines après la soi-disant abrogation du « délit de solidarité », l’État semble avoir à cœur de rappeler que la fraternité s’arrête aux frontières. Les « 3 de Briançon », inculpé.es pour aide à l’entrée irrégulière en bande organisée, sont maintenant au nombre de sept !

la suite sur  https://mars-infos.org/breve-quatres-personnes-3277?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

 

37361102_419282408557161_212427673710886912_n-01788

Presse

À Calais, les violences policières contre les migrants se poursuivent malgré les protestations – Bastamag – 24 juillet 2018

À Calais et alentours, les candidats à l’exil vers l’Angleterre continuent à installer des campements de fortune en attendant de réussir à traverser la Manche. Éparpillés dans les dunes, ils survivent dans des conditions extrêmement précaires et doivent faire face à un niveau élevé de harcèlement policier. Destruction de téléphones, fonctionnaires qui urinent sur les tentes, matériel de camping jeté dans l’eau … les associations présentes sur le terrain rapportent des témoignages effarants. Reportage.

arton6869https://www.bastamag.net/A-Calais-les-violences-policieres

Non classé

Collecte de nourriture pour Briançon

En vue d’un départ pour Briançon le 1er aout, une collecte de nourriture s’organise, destinée aux personnes exilées qui tentent d’entrer en France.

En ce moment, jusqu’à 70 personnes passent chaque jour par le refuge autogéré Chez Jesus, une église occupée à Clavières coté italien, où elle peuvent se reposer et s’informer avant de tenter la traversée nocturne vers la France sur des sentiers de montagne quadrillés par la police et l’armée françaises.

Ce qui occasionne de gros besoins:

-Riz blanc
-Sauce tomate et concentré
-Thé, café, sucre
-Huile
-Beurre de cacahuètes
-Oignons, pommes de terre, piment
-Fruits secs et autres aliments énergétiques
-Fruits et légumes frais
-Viande, oeufs
-de l’argent

COLLECTE JUSQU’AU MARDI 31 APRÈS MIDI, À DÉPOSER DANS LE HALL DE RADIO DWA PLACE DU MARCHÉ À DIE, AU PIGEONNIER À LUC EN DIOIS.

Pour les produits frais, ou si besoin, vous pouvez appeler au 0651117133.