Nos actions

Vente de Marmelade au profit de l’association

La Carline, Epicerie Bio  et coopérative de Die met en place une vente de Marmelade d’Agrumes au profit de notre association.
Vous pouvez notamment les retrouver à la Carline et au magasin de producteur de Saillans.

Si vous souhaitez mettre en place un dépot/vente, n »hésitez pas à nous contacter!

Merciprésentation projet

Publicités
Agenda

23 février : Appel national contre les frontières – Une nouvelle personne est morte à la frontière briançonnaise. // Vallée en lutte

Une nouvelle personne est morte à la frontière briançonnaise.

Il s’agit de la quatrième personne morte à la frontière en moins d’un an dans les Hautes-Alpes, la vingt-sixième en trois ans à la frontière franco-italienne. La répression contre les personnes qui traversent les frontière et celles qui leur sont solidaires ne cesse de s’accroître, comme l’ont montré la semaine passée les expulsions et les arrestations de militant·es à Turin.

Les frontières sont le signe d’un monde réservé à l’usage d’une élite riche, mondialisée, mobile. Mais il ne se construit que grâce à l’exploitation de tous ceux qui en sont exclus et n’en profitent jamais. Ce monde prospère grâce aux richesses et aux ressources pillées aux anciennes colonies par des siècles d’expropriation. Il fonctionne grâce au travail quotidien de salariés dont on massacre toujours plus les conditions de travail.

Ici à Montgenèvre, les stations de ski ont été bâties en grande partie par des travailleurs immigrés italiens, pour le loisir de consommateurs plus aisés. Aujourd’hui, ceux qu’on nomme “migrants” empruntent les mêmes chemins pour venir travailler en France, où leur force de travail sera exploitée ailleurs, mais toujours pour alimenter les rouages du capitalisme. Ce système d’exploitation à grande échelle précarise toutes les vies, jusqu’à organiser la mort des plus invisibles et des plus oubliés. Les frontières sont des lieux où les polices et les armées des états capitalistes mènent une guerre aux plus pauvres tout en faisant fructifier l’industrie de l’armement. Mais ces lieux ne font que rendre visible la violence globale que le capitalisme exerce contre la main d’oeuvre qui le fait fonctionner. Exploités jusqu’à mourir sur un chantier, dans la mer ou dans une plantation, nous sommes tous des corps dispensables au gré des logiques de marché.

Ce système repose sur la mise en concurrence des travailleurs entre eux. Les frontières permettent aux Etats capitalistes de créer de la richesse avec le transport des marchandises, et de maintenir au plus bas les conditions de travail sur leur territoire, en menaçant constamment les travailleurs locaux de la concurrence d’une main-d’oeuvre “sans-papiers”, donc plus corvéable et plus soumise. Or, c’est en s’appuyant sur notre force de travail que le capitalisme mène sa guerre contre nous tous : l’étranger qui est présenté comme un ennemi n’est pas autre chose qu’un frère ou une soeur qui partage la même condition d’exploitation.

Refusons ces frontières qui nous divisent et rejetons plutôt les liens qui nous unissent à nos oppresseurs. Faisons front commun, contre les frontières, contre ceux qui profitent et accumulent les richesses de ce monde aux dépends de nos vies.

Samedi 23 février, une manifestation sera organisée au pays basque, à la frontière entre la France et l’Espagne, pour dénoncer le système d’exploitation impérialiste dont la migration n’est que la partie la plus visible. A la frontière italienne, rassemblons-nous pour faire écho à leur lutte à toutes celles qui sont menées actuellement, en France, en Italie, au Soudan, en Irak, pour manifester une révolte commune.

Affiche-manif-23-petite

Agenda

RDV de l’asso à venir

  • Réunion des commissions : 6 mars 18h, salle Saint-Géraud à Saillans

  • AG : 8 mars 18h, salle Saint-Géraud à Saillans

  • 12-13 avril : fête de soutien à la salle des fêtes de Barsac

 

Petit rappel, vous pouvez aider l’association en faisant un don sur https://www.helloasso.com/associations/voies-libres-drome/formulaires/1/widget.
L’argent récoltée nous permettra de payer les charges de la maison de Vercheny qui accueille 13 personnes, de payer les déplacements nécessaires aux démarches juridiques, sociales, médicales, de remettre chaque mois un pécule financier aux accueilli.e.s qui ne bénéficient pas d’aides de l’état, de financer des campagnes d’informations, de financer la scolarité de jeunes accueillis.
Notre association étant reconnue d’Utilité Publique, les dons sont déductibles en partie des impôts.

 

Nos actions

Appel à pétition – Collectif solidarité 26

Bonjour à toutes et tous,
Comme certain.es d’entre vous le savent sans doute, malgré la situation, malgré le travail effectué par plusieurs membre du collectif (accompagnement, scolarisation, juridique…) et malgré nos espoirs, la décision de renvoi en Suède, de Jamila, Mosawer et Aisha est tombée.

Une lettre au préfet a été envoyé dans la foulée et voici un lien vers une pétition en ligne : Pétition en ligne Jamila et ses enfants

Pour celles et ceux qui voudraient la version imprimable, une version PDF est téléchargeable à cette adresse : ICI
(Mais attention : dernier délai pour télécharger le pdf : mercredi 10 avril 2019 15:11)

Comme vous le savez, une pétition n’a de valeur que si elle est copieusement signée, alors faites tourner, faites signer.
Belle journée à toutes et tous,
Le collectif solidarité 26
Agenda

formation « CNDA » les 23 et 24 mars prochain

Bonsoir à tou.te.s
L’association « Solidaritat Ubaye » dont les membres accompagnent les demandeurs d’asile du CAO de Barcelonnette (04) organise une formation « CNDA » les 23 et 24 mars prochain animée par Chloé Viel.
Localement, alors qu’hier nos principales difficultés concernaient l’accompagnement de « Dublins », aujourd’hui, plus de la moitié sont en CNDA.
Le nombre de participant.e.s ne pourra dépasser les 20 personnes. De nombreuses personnes de Solidaritat souhaitent y participer mais nous avons décider de donner la priorité aux personnes déjà actifs sur le plan juridique dans l’association mais aussi hors vallée de l’Ubaye.
A ce jour, nous sommes une dizaine d’inscrits.
Nous avons décidé de limiter à 2 personnes par groupe/structure/orga extérieur.
Le coût de la formation est de 1450 euros pour 2 jours. Nous avons donc voté une participation de 20 euros par personnes et 50 euros par association.
Programme par là: Programme Solidaritat
Possibilité d’être hébergé sur place.
Solidaritat Ubaye
Presse

Un migrant retrouvé mort au bord d’une route – France 3 – 7 février

des_migrants_marchent_dans_la_neige_au_col_de_lechelle_dans_les_hautes-alpes_pres_de_la_frontiere_entre_litalie_et_la_france-4079959

 

Le jeune homme âgé d’une vingtaine d’années est très probablement mort de froid. Son corps a été découvert en bordure de route entre Briançon et la frontière italienne.

 

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/hautes-alpes/briancon/hautes-alpes-migrant-retrouve-mort-au-bord-route-1620687.html?fbclid=IwAR0QNTpwHV_CudNRnxsfppNdXJoKAgHLFaWC27eji1oIuFt1hEPpiMhbLAk

Nos actions

Message de l’ERSE (permanence Espace Ressources Soutien exil) de Die

– Il y aurait besoin de personnes pouvant accompagner des jeunes à Grenoble ce vendredi 8/02 et le mardi 12/02 à Lyon (répondre sur ce mail)
– Pour les jeunes en formation, besoin d’hébergements entre Crest et Valence… si vous connaissez des personnes pouvant héberger, dites le nous!
– Dimanche 17/02: Soirée de soutien / Cantine solidaire à l’ESCDD, avec repas et projection de films / court métrage… musique? A organiser lundi prochain.
– L’association « les jardins nourriciers » sont ouverts à accueillir des jeunes pour jardiner et avoir des légumes, ils nous proposent de voir plus précisément sous quelle forme lors de leur prochain CA en mars. à confirmer lundi!

Concernant la permanence:
– On se réunit bien toujours les lundis de 14 h à 17 h à l’ESCDD
– ERSE sera prochainement abonné aux magazines GISTI et SURVIE!

Non classé

Maraude géante le 15 mars à Montgenevre – Tous Migrants

 

Tous Migrants appelle à une maraude géante le 15 mars de 18h à 21h. Programme provisoire:

  • 18h : rassemblement
  • 18h30 : prise de paroles de TM, des collectifs présents ou autres groupes.
  • 19h : départ de la déambulation selon un itinéraire préparé (pour ne pas mettre en péril les maraudes quotidiennes), mené par une fanfare. Arrêt prolongé devant la PAF où seront lus les témoignages de migrants ayant subi des violences policières. (le 15 mars etant la journee internationale contre les violences policières).
  • 20h/21h : soupe et prises de paroles (témoignages de migrants et de maraudeurs)
  • 21h clôture : descente aux flambeaux illustrant la mise en danger des migrants égarés, traqués dans la forêt.