Presse

Tension maximale au centre de rétention du Mesnil-Amelot – Public sénat

Depuis quelques semaines, la tension est montée d’un cran dans le plus grand centre de rétention administrative de France, situé en bout de piste de l’aéroport Charles de Gaulle. Au point que la Cimade, l’association qui vient en aide aux étrangers en situation irrégulière, a choisi de quitter les lieux, dénonçant les conditions de vie et une situation de violence. Une délégation sénatoriale s’est rendue sur place. Reportage

 

https://www.publicsenat.fr/article/politique/tension-maximale-au-centre-de-retention-du-mesnil-amelot-144642?fbclid=IwAR2iCZh_E3bIGJHCcRXP519yH_kEuSYkw8lcfQU_i9oXGHbHA1I6OEG4cOA

 

Publicités
Presse

« Ces migrants qui gâchent nos vacances »: l’indécence à son comble // Le vif l’express

« Vous n’avez pas encore réservé vos vacances ? Quoi de mieux que les côtes de la Méditerranée pour vous dorer la pilule ? Un seul conseil : n’allez pas à Djerba ; vous risqueriez de tomber nez à nez avec des cadavres. Ce serait fâcheux et risquerait de gâcher vos vacances. »

https://www.levif.be/actualite/europe/ces-migrants-qui-gachent-nos-vacances-l-indecence-a-son-comble/article-opinion-1165895.html?fbclid=IwAR0LgWqNaepjQXkSEuVrVRwqGl876SV0657SWnV_apJIAAI8abQl0FQsO-Y&cookie_check=1563345823

Migrants disembark from a dinghy at "Del Canuelo" beach after they crossed the Strait of Gibraltar sailing from the coast of Morocco, in Tarifa

Presse

Des vidéos du Centre de rétention administrative de Vincennes, juin 2019

Durant les six derniers mois, les communiqués et grèves de la faim collectives se sont enchaînés à un rythme rarement égalé dans les différentes prisons pour étranger.es françaises.

Dans une indifférence quasi générale.

Des centaines de gens -enfermés pour simple défaut de papier-, ont vu la durée maximale de leur enfermement passer de 45 à 90 jours. Trois mois : c’est une véritable peine.

Dans l’indifférence quasi générale.

Quelques uns d’entre eux, ont tout récemment pris la peine de faire sortir ces quelques vidéos pour tenter d’alerter sur le sort qui leur est fait. ils y parlent de leurs conditions de détention, de l’attitude des policiers qui les gardent etc.

La moindre des choses que nous pouvons faire est bien de relayer ces images, de les montrer, de pousser les autorités à y réagir pour mettre un terme aux situations qui y sont dénoncées. En espérant que ce n’est pas, une fois de plus, par la simple répression que ces autorités se manifesteront.

Nous relayons ici quatre vidéos de l’intérieur du CRA de Vincennes

Des vidéos du Centre de rétention administrative de Vincennes, juin 2019

 

cropped-logo-blanc2

Presse

Nouvelle offensive de l’exécutif sur l’immigration Plusieurs déclarations d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont mis en alerte les députés de l’aile gauche de la majorité // Le Monde, 11 juin 2019

 

En sortant de l’Elysée ce 30 avril, les députés La République en marche (LRM) de la commission des lois ont préféré garder le silence. Emmanuel Macron vient de les recevoir comme il le fait de temps en temps. Lors de cet échange, les députés ont été surpris d’entendre le président de la République s’« arrêter longtemps » sur la question de l’immigration, les plongeant dans un certain malaise.
« Il nous a dit en substance : “Ne vous y trompez pas, la question de l’immigration, comme celle de la sécurité, est encore devant nous” », raconte l’un des présents. Un autre explique que le chef de l’Etat a annoncé aux députés que la loi asile et immigration, dite « loi Collomb », entrée en vigueur au 1er janvier, est « déjà obsolète ».
Le texte, qui a notamment permis d’allonger la durée de rétention, avait semé la division dans les rangs de la majorité lors de son examen à l’Assemblée. Mais, que ce soit en matière d’expulsions ou d’accélération du traitement des demandes d’asile, elle n’a pas produit de miracle. Le gouvernement s’inquiète de voir la demande d’asile augmenter de 13 % depuis le début de l’année, après une hausse de 22 % en 2018. « Le nombre de demandeurs d’asile est très nettement en baisse en Europe. Le seul pays qui garde toute son attractivité, c’est notre pays, c’est un problème », estime Didier Paris, député LRM de la Côte-d’Or.

La sortie du chef de l’Etat a néanmoins provoqué un grand malaise dans l’assistance. « C’est un thème qui met en pyrolyse la moitié du groupe », résume l’un d’eux. Les questions régaliennes et de liberté publique font partie des pierres d’achoppement au sein de la majorité. « Une bonne partie du groupe est progressiste sur ces questions », prévient le député Aurélien Taché (Val-d’Oise), qui regrette par ailleurs que « beaucoup au gouvernement fantasment les inquiétudes des Français sur l’immigration ».
Mais le président de la République est bien décidé à remettre le sujet sur la table pour la seconde partie du quinquennat. Et Matignon défend cette ligne. L’immigration « devrait être un moment important de la déclaration de politique générale », mercredi 12 juin, d’Edouard Philippe, confie l’un de ses proches. « On ne peut pas se contenter d’envoyer des signaux », commente un conseiller. Une réunion interministérielle s’est tenue à Matignon sur le sujet, lundi 3 juin. La semaine dernière, les députés de la commission des lois ont également été reçus Place Beauvau et « le ministre de l’intérieur les a ambiancés sur la trop grande attractivité de la France, rapporte un député de la majorité. Il teste le terrain ».

Les députés ont d’ailleurs eu un aperçu de cette volonté lors des débats sur la loi d’orientation des mobilités, la semaine dernière. Le gouvernement a soutenu un amendement issu du groupe Les Républicains (LR), qui prévoyait d’exclure des tarifs réduits dans les transports les étrangers en situation irrégulière bénéficiaires de l’aide médicale d’Etat (AME). Cette proposition, surnommée l’« amendement Pécresse », car c’est un cheval de bataille de la présidente de la région Ile-de-France, a finalement été rejetée. Mais elle indique ce que l’exécutif a en tête. « Le budget de l’AME va atteindre le milliard d’euros dans le cours du quinquennat », note un député LRM. Même si cela ne représente que 0,5 % du budget de l’assurance-maladie, « c’est un seuil très symbolique aux yeux de beaucoup de Français », veut-il croire.

Déjà, Emmanuel Macron avait voulu faire de l’immigration un thème central du grand débat national, déconcertant jusqu’à certains de ses conseillers, alors que le mouvement des « gilets jaunes » ne s’était pas cristallisé dessus. Il n’a d’ailleurs été que très peu abordé lors des trois mois de consultation et, le 3 avril, à Saint-Brieuc, le président a reconnu que cela avait fait partie des « grands absents » du débat.
Pour autant, lors de sa conférence de presse, le 25 avril, il a relancé le sujet, déclarant : « Nous sommes aujourd’hui confrontés à des détournements très profonds du regroupement familial comme des migrations liées à l’asile. » L’occasion d’annoncer son souhait de voir se tenir « chaque année au Parlement un débat sur la politique migratoire ». « Emmanuel Macron ne veut pas mettre les choses sous le tapis », justifie le député Didier Paris, pour expliquer l’insistance présidentielle. « La tension sur ce sujet est latente et peut resurgir à tout moment », défend à son tour un conseiller élyséen.
La résurgence du sujet au niveau politique a aussi des raisons électorales. Les élections européennes ont montré à La République en marche qu’elle avait des réserves de voix à droite. Des électeurs qu’il s’agit de soigner en vue des prochains scrutins. Un député de la commission des lois a compris que, pour le président de la République, « 2022 se jouera sur ces sujets » régaliens.
Dans une interview au Point, publié le 6 juin, le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a d’ailleurs appelé le chef de l’Etat et le premier ministre à faire de « la sécurité (…) une grande politique sociale ». Un élu de la majorité y voit un parallèle avec le recentrage du quinquennat de Nicolas Sarkozy en 2010 sur les questions d’immigration et de sécurité : « Il y a eu le discours de Grenoble, Buisson a gagné, et les digues ont sauté, rappelle-t-il. Un peu comme ça se passe en ce moment. » Pour cet élu, le président de la République peut être tenté de « contrebalancer le virage social (consécutif à la crise des “gilets jaunes”) par un durcissement sur les sujets régaliens ».

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/11/nouvelle-offensive-de-l-executif-sur-l-immigration_5474629_823448.html?fbclid=IwAR1WUHW9I6CFYU7xvdwzu2H08c0McbIjOGmSCb7sO_7DthU36jcBkfiv5r0

Presse

France. La police harcèle, tente d’intimider et agresse violemment les personnes qui aident les réfugié·e·s // Amnesty International // 5 juin 2019

Les autorités françaises harcèlent, tentent d’intimider et agressent violemment les personnes qui offrent une aide humanitaire et un soutien sous d’autres formes aux migrants, aux demandeurs d’asile et aux réfugiés dans le nord de la France pour entraver délibérément les actions de solidarité, constate Amnesty International dans un nouveau rapport.

La suite sur https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2019/06/france-police-harassing-intimidating-and-even-using-violence-against-people-helping-refugees/?fbclid=IwAR1DNoH29Pcda21cnC3XiqNtCfBZngGeeKm7epvkZ4JZtCEvVbI9Z1B7twg

 

Presse

Grèce : «La force du mouvement antifa profite aux réfugiés» Par Maria Malagardis // Libération

Malgré de terribles crises économiques et migratoires, le parti d’extrême droite Aube dorée peine à décoller dans les sondages des élections européennes de dimanche. Les Grecs œuvrent pour accueillir dignement les exilés et les néonazis sont peu à peu délogés de leurs bastions.

https://www.liberation.fr/planete/2019/05/22/grece-la-force-du-mouvement-antifa-profite-aux-refugies_1728885?fbclid=IwAR04gIMkTQB2ATQSaazAioLId2VCt_YGwX0qGwxVREtavlNkhWZCwQvNKyQ

1221240-refugees-seek-shelter-in-greece-s-abandoned-hotels

Presse

Un rapport de l’ONU met en lumière les «horreurs inimaginables» des migrants et réfugiés en Libye et au-delà

Les migrants et les réfugiés sont soumis à des «horreurs inimaginables» dès leur arrivée en Libye, tout au long de leur séjour dans le pays et – s’ils parviennent à ce résultat – lors de leurs tentatives de traverser la Méditerranée, selon un rapport publié jeudi, par la mission politique des Nations Unies en Libye (MANUL) et le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies (HCDH).

 

https://news.un.org/fr/story/2018/12/1032271

Presse

CONTRE LES EXPULSIONS : L’AÉROPORT DE ROISSY OCCUPÉ ! – 500 « Gilets Noirs » en lutte –

CONTRE LES EXPULSIONS : L’AÉROPORT DE ROISSY OCCUPÉ !

– 500 « Gilets Noirs » en lutte –

60536203_2219316151437879_2384382155577884672_oLa France rafle, enferme, expulse des exilés par milliers chaque année. Et la traque aux étrangers s’est considérablement durcie depuis l’élection de Macron. Il existe dans ce pays des camps, sur tout le territoire, où sont incarcérées les personnes sans-papiers. Hommes, femmes, enfants derrière des barbelés, privés de liberté uniquement parce qu’ils sont nés ailleurs.

Au bout de cette machine inhumaine : une police spéciale, la PAF, emmène de force les exilés dans des avions pour les expulser. Les aéroports ne servent pas qu’aux touristes, mais aussi à chasser les étrangers venus se réfugier en France.

Ce dimanche 19 mai, un coup d’éclat était mené par plusieurs centaines d’exilés : l’envahissement de l’aéroport de Roissy, à Paris. Une action courageuse, organisée par les précaires parmi les précaires, les exclus parmi les exclus. Aucun mouvement social digne de ce nom ne peut ignorer la colère et les revendications des réfugiés en lutte. La France est bien assez riche pour que chacun puisse avoir des conditions de vie dignes et justes.

Les « Gilets Noirs » ont exigé d’être reçus par le PDG d’Air France et le premier ministre. Après plusieurs heures d’occupation, et des tensions avec un gros dispositif policier déployé jusque dans l’enceinte de l’aéroport, les manifestants ont évacué collectivement le bâtiment.

Voici leur communiqué :

« Dimanche 19 mai, 14h : les Gilets Noirs (migrant.e.s à la rue et foyers de toute l’Ile-de-France en lutte) et le collectif La Chapelle debout viennent d’envahir l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle !

Ils et elles sont plusieurs centaines.
Contre les déportations et pour des papiers pour tous.tes ! Il veulent parler au PDG d’Air France et au premier ministre Edouard Philippe.

Ce n’est pas par hasard que nous nous retrouvons dans ce lieu. Ce n’est pas une contestation symbolique. Ce lieu est la base arrière et l’avant poste de la guerre contre les sans papiers et tou.tes les étranger.es illégalisé.es.
Depuis plusieurs mois, nous nous organisons. Nous avons déjà arraché des victoires. Aujourd’hui, nous lançons aujourd’hui une campagne contre la peur et la honte et pour l’égalité, la dignité, la justice et leur déclinaison concrète :

DES PAPIERS POUR TOUS.TES !!
Merci de relayer le plus massivement possible le communiqué

La lutte continue »

Les Gilets Noirs et La chapelle debout

Presse

Expulsion du camps de migrant.e.s de Grande-synthe

Pour la 5ème fois en moins d’un mois, le camp de migrants pakistanais de Grande-Synthe, près de Dunkerque, a été démantelé par la police ce mardi matin, qui s’est même permise d’éventrer les bidons d’eau.

arton15897-9a93c

https://www.revolutionpermanente.fr/Evacuation-d-un-camp-de-migrants-bidons-d-eau-eventres-et-violences-policieres?fbclid=IwAR0yxRVPzQnje724vTWChzu9Y8v3_GQM5Is_NwxvNyzcGvESWa0nJn0l7us